Mon approche de la santé et de l’être

S'interroger

Toute maladie est à prendre en considération et doit nous pousser à observer ce qui a pu engendrer sa survenue.

Il n’est pas toujours simple d’en trouver la ou les causes, mais le simple fait de s’interroger et de chercher est à mon sens le commencement d’un processus de prise de conscience, de connaissance et d’acceptation de soi passant aussi par le respect et l’amour de nous-même.

Se pencher sur la question, c’est déjà prendre soin de soi, de manière active.

Et c’est parfois ce qui nous manque le plus !

Etre acteur

Dire « j’ai attrapé cette maladie » nous dédouane de toute responsabilité vis-à-vis d’elle et nous sommes alors les victimes d’un agent pathogène, de la faute à pas de chance, de la génétique, des pollutions…etc

Or, je crois sincèrement que nous avons toujours les moyens de nous prémunir et si cela n’a pas été le cas, pour des raisons diverses, d’agir pour favoriser un retour à un état d’harmonie, de santé. Parfois, cela parait impossible et il est alors important de discerner ce que cette maladie est venue nous enseigner en faisant toujours de notre mieux pour la contenir ou l’améliorer.

Ce n’est pas parce que nous n’avons pas la réponse aujourd’hui que nous ne l’aurons pas demain !

Cette recherche peut être passionnante et déboucher sur une découverte inattendue de nous-même, sur notre fonctionnement, notre appréhension du monde ou des autres…

Oui, la maladie comme instrument de développement personnel

Pour vivre vieux, vivons heureux !

La santé, c’est tout d’abord, me semble-t-il, un état d’être.

Cultiver la joie, la passion, le partage, le rire… bref, aimer la vie, croquer la vie, en profiter pleinement, sainement, sereinement, avec confiance.

C’est un art à appliquer chaque jour, surtout dans notre société névrosée, stressée, rationnalisée.

Emerveillez-vous, rigolez avec vos enfants, vos amis, sortez dans la nature, reposez-vous. Soyez reconnaissants, aimants.

Méditez. Reconnectez-vous à vous-même, à l’essentiel et laissez le mental de côté de temps en temps ! Il est bien utile, certes, mais il a ses limites et nous cantonne dans un univers matérialiste qui n’est pas tout car nous sommes bien plus que de la chair, des cellules, des fonctions biochimiques…ou qu’une personne « administrative ».

Nous sommes des êtres humains, vivant sur Terre selon les lois de la nature et de l’univers.

Et c’est avec cette perspective qu’il nous faut appréhender notre santé.

Holisme

unnamed

La naturopathie est l’une de ces approches holistiques considérant l’être dans son entier, avec ses multiples facettes et son prodigieux fonctionnement.

S’il est intéressant d’essayer de comprendre les moindres rouages et la grande complexité de ce corps, il ne faut pas perdre de vue l’ensemble, la globalité, car finalement, tous les systèmes, toutes les cellules, tous les organes….fonctionnent de concert pour un seul et unique but : l’harmonie de l’être dans son entier.

Des choses se jouent dans l’infiniment petit et la précision, comme d’autres à une échelle plus globale, ou en tout cas sur d’autres plans que le plan physique : les plans énergétique, mental, émotionnel, spirituel.

De nombreux auteurs (dont des scientifiques) ont traité ces sujets et mis en lumière un fonctionnement du corps qui va bien au-delà de la connaissance restrictive qui est enseignée classiquement.

Ces découvertes sont époustouflantes et je m’étonne toujours et regrette qu’elles ne soient pas, depuis le temps, intégrées et prises en considération en médecine.

C’est à croire qu’il ne faut pas mélanger les serviettes et les torchons. Pourtant, c’est de la science de la même façon que la médecine. Mais celle-ci s’est enfermée dans une certaine vision du fonctionnement du corps et refuse de grandir en élargissant son point de vue. C’est bien dommage, mais cela peut se comprendre : la médecine a ses domaines de compétences, souvent pointus et nécessitant des connaissances approfondies, ainsi qu’un fonctionnement établi qu’il est difficile de faire évoluer.

Place de la naturopathie dans le système de santé

Aussi, la naturopathie vient en complément de la médecine, pour apporter un éclairage, une vision élargie et une prise en charge globale de la personne.

Dans certains pays, où la naturopathie est reconnue, les différents acteurs de la santé interviennent dans le cadre d’une médecine intégrative : chacun a sa place et son rôle à jouer de façon complémentaire.

Le naturopathe n’est pas médecin que cela soit bien clair, il ne pose pas de diagnostic ni ne donne de traitement. C’est un éducateur de santé.

Son rôle est d’informer quant à l’hygiène de vie appropriée au bon fonctionnement des fonctions vitales et régénératives de l’organisme et dans le respect de celui-ci.

« Fondée sur le principe d’énergie vitale de l’organisme, la naturopathie rassemble les pratiques issues de la tradition occidentale et repose sur 10 agents naturels de santé. Elle vise à préserver et à optimiser la santé globale de l’individu, sa qualité de vie, ainsi qu’à permettre à l’organisme de s’auto régénérer par des moyens naturels »

Définition de la naturopathie selon la Féna (fédération des écoles de naturopathie en France)

L'art de prendre soin de soi

Au temps d’Hypocrate, la médecine était qualifiée d’Art.

Et je crois bien que c’en est un en effet, bien complexe, dans lequel le corps est le chef d’orchestre, qu’il nous faut apprendre à décoder pour suivre ses instructions afin de jouer parfaitement la partition, aller dans son sens pour œuvrer avec lui (et non pas contre lui).

 

Nos connaissances sur le corps humain évoluent, et nous percevons chaque jour un peu plus son incroyable magie !

concert-814336_19201

A méditer...

« Nous ne sommes pas là pour guérir de nos maladies, mais nos maladies sont là pour nous guérir »  Carl Gustav Jung

 « Comme au sein de la terre on sort de l’or et des diamants, ainsi, du plus profond de toi-même, il y a des trésors qu’il faut amener vers la lumière »  Johann Wolfgang Von Goethe

« Ceux et celles qui ne se réservent pas quotidiennement un peu de temps pour leur santé devront un jour consacrer beaucoup de temps à leur maladie  »  S. Kneipp